"Il est de regrettable établie jurisprudence Que les hommes aient choisi pour égérie...prudence"

"Il est de regrettable établie jurisprudence
Que les hommes aient choisi pour égérie...prudence"

"Il faut des faiblesses pour être fort..."

SOS en SMS Le Clip !

Le Manège de la Vie Le Clip !

lundi 30 janvier 2017

Le Mythe de la Caverne


Lorsque j'étais enfant, coupé de la vraie vie
Le monde tout entier, péri et féeries,
Dans mes livres s’ouvrait, ceux de géographie,
Ouverts à mon regard, ivre iconographie !

Ce sont ces manuels qui dès mon plus jeune âge
Me firent découvrir en leurs profondes pages
De tous les peuples de la Terre le visage,
De tous pays, mêmes austères, les paysages.

Aujourd'hui encore, mes uniques voyages
Se font en mon esprit en abstraites images
Et je vis à travers ce qui m'est relaté
Avec le mince espoir que rien n’est  frelaté.

Oui, du vaste monde, ma seule connaissance
Est cet enseignement que j’ai pris à distance
Et déjà je pressens que ma biographie

Pourra se résumer… en bibliographie.


lundi 23 janvier 2017

L’Inspiration de l’Aspiration


Les trains ont pour particularité
D’emporter mes pensées, comme happées
Par le fort souffle de l’inspiration
Que provoque leur vive aspiration.

Dans cet univers de périls hostiles
La nature livre un combat bien stérile
Et le tracé pourtant si droit des voies
Lui est redoutable chemin de croix.

Dramatiques, les changements brutaux
Ainsi que le choc rugueux des métaux
M’expriment sans fard, oui, la part infernale
De notre vie où le métal fait mal.

Ils m’évoquent la rudesse du monde
Mieux qu’un pneu de gomme émolliente et ronde
Lui qui efface les aspérités
Et ne rend qu’une image aseptisée.

Ce monde, où de la chaleur, cependant

Naît de nos violents frottements d’amants.

lundi 16 janvier 2017

Prophylaxie


S’il te plaît, je veux encore
Lové tout contre ton corps,
M’armer de tes anticorps.

Ils  seront une barrière
Aux rigueurs du rude hiver
De ce monde délétère.

Lorsque, toute honte bue,
Les microbes et les virus
Fuiront face à ta vertu.


Toi qui me regardes, à vue.

lundi 9 janvier 2017

Les Lumières de la Vie


Au loin, dans la nuit, une lumière s’éteint
Au loin, dans la nuit, un couple s’étreint.

Les lumières des habitations,

Blafardes et néonisées,
Bourgeoisement ampoulées
Ou lunairement halogénées,
Basses ou hautes en consommation
En fixe ou intermittente illumination,

Autant de vies délimitent.

Elles sont comme étoiles dans la nuit
Et, comme elles, scintillent à la vue,
Parfois plus brillantes que nos vies !

Lumières de vos mondes lointains,
Si semblables et cependant différents,
Situés au loin, à des âmes-lumières,


Reflets dorés de notre altérité.


lundi 2 janvier 2017

Métaphore du Sémaphore


Que cette gare qui comptait dix quais
De belles destinations indiquait !
Dévié par les voies du chemin de fer
Au début notre train croisa le fer
Lorsqu'il prît son grand départ à l'heure,
Ce qui ne s’accomplissait pas sans heurts !

Il cheminait à un train de limace
Et que de cris, grincements et grimaces !
Puis, une fois la mise en train passée
Nous nous retrouvâmes alors lancés
À toute vitesse dans ce convoi,
Enfin apaisés qu’il trouve sa voie.

Ce train m’a fait repenser aux prémisses
De notre jeunesse, riche en promesses,
En ce temps où la douce perspective
D’attractives et de variées prospectives,
De tant de voies possibles à emprunter,
En notre jeune âge nous enchantait !

Nous qui, dépassées les incertitudes
Du début de notre vie, un peu rude,
Nous trouvons, comme l'on dit, sur des rails,
Allure stabilisée, non sans mal,
Porteurs sains en nos chairs de ces aiguilles
Que l'âge plante comme banderilles.

Nous, dont le train de vie fonce, blindé
Et n’a pour seul objectif affiché
Que l’unique et connue destination
Où tous, sans exception, nous descendrons,
Sans qu'il soit permis qu’on marque un arrêt
Pour cueillir les fleurs joliment parées.

Qui ne faisons, lors de nos brefs passages
Jamais plus qu'effleurer le paysage,
Placés derrière une vitre glacée
Et guidés par des voies trop balisées,
Lançant juste une sirène éplorée

Quand nous croisons nos semblables, égarés.